Réduction Mammaire

Réduction Mammaire

Les seins, une richesse bien mal répartie

Trop gros, Trop petits, Tombants, Asymétriques…

La glande mammaire est comme une éponge avec des petits trous glandulaires et de gros trous graisseux. Il y a 2 types de seins :

 

  • A 90% graisseux, qui vont diminuer avec un régime amaigrissant
  • A 90% glandulaires qui ne bougeront pas avec le régime

 

Les femmes sont handicapées par ces gros seins lourds, difficiles à porter, alourdissant la silhouette, qui les gênent pour s’habiller, pour faire du sport. A 18 ans, elles portent de gros seins sans douleur du dos, mais à 30-35 ans les douleurs commencent et plus on vieillit, plus c’est lourd et mal supporté.

Habituellement, il convient d’attendre le développement complet des seins, quelques années après les premières menstruations. Cependant, quand l’hypertrophie gêne les activités et entraîne une perte de confiance en soi, on peut être amené à intervenir plus tôt, mais avec toujours le risque d’une récidive.

 

La liposuccion seule du sein est réservée aux hypertrophies modérées, avec une peau bien élastique, des seins non ptôsés et essentiellement graisseux (confirmés par mammographie).

Pendant les 15 jours précédant l’intervention, ne pas prendre d’Aspirine ou de médicament contenant de l’aspirine, ou de la vitamine E qui font saigner. Vous devrez voir l’anesthésiste en consultation au moins 8 jours avant l’intervention, avec un bilan sanguin préopératoire.

 

Si vous fumez, essayez de ne pas fumer plus de 3 à 4 cigarettes par jour durant le mois précédant l’intervention. La veille de l’intervention, restez à jeun à partir de minuit. Prévoyez des vêtements amples et confortables pour votre sortie.

L’intervention

Elle consiste à enlever une partie de la glande essentiellement à la partie externe et inférieure.,puis de la remodeler pour lui donner la forme souhaitée. La peau est ensuite redrapée sur le nouveau volume avec une cicatrice le plus souvent en L inversé avec la partie horizontale à la partie externe du sillon sous mammaire (sans aller à la partie interne du fait du risque toujours présent d’une cicatrice hypertrophique) ou simple verticale.

Le sein évolue aux différentes étapes de la vie. Entre 17 et 30 ans, le sein perd 10 à 15% jusqu’à 20% de son volume, puis il ne bouge plus jusqu’à la ménopause à condition de garder le même poids. Jusqu’à 30 ans, il faudra rester plus conservateur dans la quantité à enlever.

 

Cette chirurgie a pour but de remodeler les seins mais a pour corollaire une rançon cicatricielle que personne ne peut maîtriser. Il est évident qu’une poitrine tombante mais ferme avec une peau d’excellente qualité se prêtera à de meilleurs résultats que si la peau est fine, cassée, vergéturée, une peau comme du caoutchouc.

Vous restez en clinique 2 jours. Le drain sera enlevé le lendemain ou le surlendemain de l’intervention. Prenez les médicaments qui vous ont été prescrits dès le soir de l’intervention en respectant  rigoureusement la posologie. Le port d’un bon soutien-gorge à porter jour et nuit pendant 4 semaines est important. Vous pourrez vous doucher au 3ème jour. Vous pouvez tout faire, vous faîtes tous les mouvements qui ne vous font pas mal.  Il n’y a pas de douleur car on ne touche pas aux muscles. Les points seront enlevés à la 3ème semaine. Il ne faut pas d’exposition au soleil pendant 2 mois car le soleil peut provoquer un gonflement ou une induration du sein. Mieux vaut éviter une grossesse durant l’année qui suit. La reprise du sport peut se faire au bout d’un mois et demi, deux mois.

 

1 – Les cicatrices, comme il a déjà été dit, sont inévitables. Au début, elles sont rouges et boursouflées. Au bout d’un temps variable, entre six à douze mois, l’amélioration sera certaine, et au terme d’une période de deux ans environ, il persistera au mieux, une ligne blanche au pire, une zone large, généralement blanche, mais qui ne dérange pas la patiente, si celle-ci a bien pesé sa décision opératoire. Car, encore une fois, il est impossible de prévoir l’évolution cicatricielle et toute patiente peut s’attendre au pire de ce côté-là. Il y a donc un risque à méconnaître ce que la technique chirurgicale la plus élaborée ne peut maîtriser.

 

2 – Dans de rares cas, certaines patientes font une intolérance aux fils de suture profonds. Ceux-ci ont tendance à s’exclure en créant une petite infection très localisée. Il faut alors attendre l’exclusion de tous ces fils en procédant, chaque fois, à un nettoyage et une désinfection locale.

 

3 – La sensibilité du mamelon et la possibilité de lactation sont généralement conservées avec cette technique.

 

4 – La forme des seins, après l’intervention n’est pas toujours parfaite Ils peuvent présenter un aspect large avec comblement à la partie supérieure. Il faut savoir attendre de deux à trois mois pour que ceux-ci «s’assoient» et prennent leur forme qui s’améliorera encore dans les six mois suivants.La cicatrice verticale plissée se déplissera progressivement en 1 à 2 mois.

 

5 – Retour au travail : le problème n’est pas la douleur mais l’inconfort, l’anémie par déperdition sanguines importantes au cours de l’intervention et donc la fatigue. Vous avez droit à un arrêt de travail d’un mois mais vous pouvez reprendre le travail 15 ou 21 jours après, tout dépend de votre profession.

La sécurité sociale prend en charge cette intervention, à condition d’enlever 300 grs par sein ,sinon cette intervention est considérée comme esthétique.

  • Hématome : rares
  • Infection : rares
  • Nécrose du mamelon : 1/200. C’est la vraie complication de la réduction mammaire. Malgré, la sûreté des techniques actuelles, il peut se produire de façon absolument imprévue et imprévisible une souffrance du mamelon. Si, à la fin de l’intervention, le mamelon présente des signes de souffrance, dans ce cas il vaut mieux le laissé enfoui en nourrice et ne pas le ressortir le temps qu’il reprenne une bonne vitalité. Il sera extériorisé au bout de 15 jours à 3semaines sous anesthésie locale,sinon la nécrose (mort) du mamelon, peut être totale. Dans ce cas, il faudra alors pratiquer une intervention pour reconstruire une nouvelle aréole par greffe.

 

La satisfaction des patientes est totale malgré les cicatrices, c’est beau, c’est confortable, ça change la vie , elles peuvent mieux s’habiller, faire du sport… Dans la plupart des cas, les patientes recommanderaient l’intervention et seraient prêtes à recommencer.

Tels sont les éléments d’information que nous souhaitions vous apporter en complément à la consultation.

Nous vous conseillons de conserver ce document, de le relire après la consultation et d’y réfléchir "à tête reposée".

 

Cette réflexion suscitera peut-être de nouvelles questions, pour lesquelles vous attendrez des informations complémentaires.

Nous sommes à votre disposition pour en reparler au cours d’une prochaine consultation, ou bien par téléphone, voire le jour même de l’intervention, ou nous nous reverrons de toute manière, avant l’anesthésie.

21 rue Lafayette 31000 Toulouse
05 61 21 99 04

© Copyright 1986 - - MED-SPA RESORT LAFAYETTE SAS – Tous droits réservés - Plan du site - Mentions légales- Site web par Agence Agoralys